Six hommes pour sauver Harry (1986) / Alan Smithee (Stuart Rosenberg)

Son frère ayant été kidnappé, avec l’ambassadeur américain, par un trafiquant de drogue en Colombie, un homme et cinq de ses amis partent pour le secourir avec l’aide d’un mercenaire (Robert Duvall).

A l’origine, c’était un projet de Samuel Fuller que reprit Stuart Rosenberg et qui s’inscrit dans la veine des films Reaganien de sauvetage d’otages au Vietnam ou dans d’autres contrées exotiques comme « Uncommon valor » , « Rambo II » ou encore « Missing in action » .

Le résultat est catastrophique et on comprend assez vite pourquoi le film est signé Alan Smithee. Le script est indigent, la mise en scène inexistante et la distribution va du médiocre (Mark Harmon) au n’importe quoi (Duvall en roue libre qui cachetonne).

On sauvera la séquence assez drôle du casting des mercenaires.

Et on retrouvera Elpidia Carrillo dans le quasi même rôle que celui qu’elle tiendra dans « Predator » .

Un gros ratage.

CAB

La horde sauvage (1969) / Sam Peckinpah

the-wild-bunch-title-card

Dès son générique Peckinpah annonce la couleur avec ses enfants cruels et ses cowboys vieillissants.

Un western magnifique sur l’amitié.

Dans le top 10.

CAB

La vengeance aux deux visages (1961) / Marlon Brando

One-Eyed Jacks (1961)

Le seul film réalisé par Brando est un western atypique, romanesque avec très peu d’actions.

Projet de Peckinpah à l’origine puis repris par Kubrick, « La Vengeance … » fut finalement dirigée par un Brando en roue libre dont le montage d’origine faisait 5h00 !

Film d’une star, il n’en reste pas moins un excellent western psychologique très original et joliment réalisé reflet des obsessions de son réalisateur.

Une réussite.

CAB

La chevauchée sauvage (1975) / Richard Brooks

bite-the-bullet-title-screen

Un western très original et truculent qui narre une course à cheval à travers les États Unis.

Casting haut de gamme : Gene Hackman, Candice Bergen, James Coburn, Ben Johnson, Ian Bannen et même Jan-Michael Vincent, magnifique photo de Harry Stradling Jr et très belle musique de Alex North.

Le vieil Ouest est à bout de souffle, ses cowboys épuisés par une course harassante mais les valeurs demeurent envers et contre tout.

Excellent.

CAB

Guet-apens (1972) / Sam Peckinpah

Adaptation signée Walter Hill d’un roman de Jim Thompson commencée par Peter Bogdanovich qui fut viré et remplacé par Peckinpah au pied levé.

Les 10 premières minutes sont éblouissantes tout comme la fameuse fusillade finale le reste beaucoup moins …

Un Peckinpah certes mineur mais supérieur à tellement de films…

CAB