Sicario (2015) / Denis Villeneuve

Sicario-Title-Card

Une agent du FBI (Emily Blunt) est détachée dans une unité spéciale pour lutter contre les narcos à la frontière des États-Unis et du Mexique.

Villeneuve confirme tout le bien que l’on pensait de lui après l’excellent « Prisoners » .

Au delà de ses trois géniales séquences phares (l’ouverture du film, la frontière et le tunnel), Villeneuve livre une trés grande leçon de mise en scène renvoyant dos à dos les trafiquants et les forces de l’ordre.

La photo de Deakins est d’une beauté époustouflante et Benicio Del Toro n’a pas été aussi bon depuis très longtemps.

Toujours aussi puissant à la deuxième vision.

CAB

Inherent Vice (2014) / Paul Thomas Anderson

inherent-vice-title-card

Dans les années 70, un détective privé, gros fumeur de joints, mène l’enquête à la demande de son ex, en même temps on s’en fout parce qu’il n’y a pas de scénario.

PTA (que j’adore, précisons le) en voulant réaliser un film qui se veut être un (très) long trip, se vautre dans les grandes largeurs avec ce grand n’importe quoi certes très beau formellement mais qui a oublié d’avoir un script..

Ok c’est sympa de faire travailler des acteurs qui se font rares (Martin Short, Eric Roberts …) mais cette succession de séquences à caméos assortis de dialogues interminables sans queue ni tête est tout bonnement pénible.

Censé être drôle, le film se complait dans un vulgarité que n’aurait pas renié Max Pécas (Jena Malone racontant sa rencontre avec Owen Wilson, Josh Brolin mimant un acte sexuel avec ses doigts etc.).

Phoenix arbore un air hagard pendant tout le film et Del Toro et Reese Whitherspoon passent faire coucou en en faisant des tonnes.

Pour couronner le tout on a droit à une sorte de personnage imaginaire (Sortilege (sic)) apparaissant devant un Joaquin Phoenix défoncé, faisant avancer, parfois, le peu de récit.

Le summum étant atteint par la citation « Sous les pavés la plage » à la fin du générique de fin (LOL).

2h28 d’ennui absolu.

CAB

Way of the Gun (2000) / Christopher McQuarrie

the-way-of-the-gun-title-card

Deux losers (Benicio Del Toro et Ryan Philippe) décident de kidnapper la mère porteuse (Juliette Lewis) d’un truand. Ce n’était pas une bonne idée.

La première réalisation de McQuarrie, scénariste de « Usual Suspects » est un polar à mi chemin entre l’hommage à Peckinpah ‘ »Alfredo Garcia » et « Pat Garret« ) et la « Tarantinerie » (non ce n’est pas un compliment).

Ses personnages sont assez antipathiques et passent leur temps à débiter d’interminables dialogues. Pour renouveler les fusillades, le réalisateur invente des chorégraphies assez grotesques comme dans le hall de l’hôpital ou lors de la poursuite en voiture, grands moments de n’importe quoi.

Sinon Juliette Lewis en fait des caisses en femme enceinte, James Caan est presque super cool et Sarah Silverman est très drôle dans la séquence d’ouverture très réussie mais qui n’a vraiment rien à faire dans ce film.

Avec l’excellent « Jack Reacher » McQuarrie se rachètera.

CAB

Usual Suspects (1995) / Bryan Singer

the-usual-suspects-title-card

C’est l’histoire de truands qui doivent remplir une mission pour le terrible Keyser Söze. Mais qui est donc ce mystérieux truand sanguinaire ?

C’est surtout un film que tout le monde a vu et qui a fait date avec ses retournements finaux.

Même lorsque l’on connait la fin, le film reste toujours efficace et très bien mené grâce au scénario de McQuarrie et à la mise en scène de singer.

Et comme souvent John Ottman (au montage et à la musique) compose une superbe partition.

Une indéniable réussite parsemée d’indices sur qui est qui.

CAB

Traqué (2003) / William Friedkin

The-hunted-title-card

Le formidable duo Tommy Lee Jones / Benecio Del Toro s’affrontent dans la jungle urbaine tel des Abel et Caïn des temps modernes.

Friedkin signe un nouveau un bijou dont la mise en scène est un modèle (es combats sont déments avec leurs chorégraphies incroyables.).

CAB

Che – 2ème partie – Guerilla (2008) / Steven Soderbergh

che-part-two-title-card

Soderbergh rate un film sur deux, celui est effectivement (un peu) plus réussi que le précédent opus.

En abandonnant son scope et en adoptant un style semi documentaire, Soderbergh saisit enfin l’essence de son personnage et de son inévitable chute.

Cette photocopie en négatif du premier film est tout de même beaucoup trop longue et lente.

Et filmer la mort du Che en caméra subjective c’est VRAIMENT pas possible !

CAB

Che – 1ère partie – L’Argentin (2008) / Steven Soderbergh

che-part-one-title-card

Benicio Del Toro incarne (habite même) le personnage du Che dans cette « sorte » de biopic.

En scope pour cette première partie qui narre la révolution Cubaine avec de gros moyens et de manière très « classique ».

Malheureusement l’absence de point(s) de vue et de mise en perspective politique rendent le film très très chiant.

Les inserts en noir et blanc filmés façon « arty » achèvent un film qui pète plus haut que sa pseudo ambition.

CAB

Savages (2012) / Oliver Stone

savages-title-card

L’histoire d’un trio amoureux sur fond de drogues, de cartel, de Salma Hayek perruquée et de Benicio del Toro grimaçant.

Les gentils dealers bobos humanistes de Stone sont vraiment très très sympathiques avec leur jolie copine blonde et tout le monde s’aime très beaucoup avant que tout ceci vole (un peu) en éclats.

Bon au début on se dit que Stone a recommencé à prendre de la coke et puis finalement non il ne nous refait pas le coup de l’horrible « Natural born killers ».

Le film est une espèce de thriller ultra classique, parfois drôle, assez beau et somme toute assez vain et comme toujours beaucoup trop long.

En fait c’est un peu du Tarantino mais en mieux.

Honorable sans plus.

CAB