Copycat (1995) / Jon Amiel

copycat-title-card

Plusieurs années après avoir échappé à un serial killer, une psychologue (Sigourney Weaver), spécialiste des tueurs en série et agoraphobe, doit aider la police à appréhender un meurtrier.

Sans révolutionner le genre, ce thriller de Amiel est ultra efficace, bien servi par son duo d’actrices et par un William McNamara glaçant en tueur à gueule d’ange.

En plus il y a de très jolis plans séquences et une magnifique photo de László Kovács.

Vraiment bien.

CAB

Zodiac (2007) / David Fincher

zodiac-title-card

Le caricaturiste (Jake Gyllenhaal) d’un journal de San Franciso devient obsédé par le tueur du Zodiac dans l’Amérique de la fin des années 60.

Le génie de Fincher c’est de ne pas faire un film de serial killer de plus mais plutôt de réaliser un grand film sur une obsession et le temps qui passe.

Ayant retenu les leçons des « Hommes du président » de Pakula (dont il s’inspire beaucoup), Fincher signe un film passionnant de bout en bout, malgré ses presque 3h00, à la mise en scène aussi stylisée que discrète.

Excellent.

CAB

Le territoire des loups (2011) / Joe Carnahan

the-grey-title-screen

 

Joe Carnahan signe (enfin) son retour avec ce « survival » quasi intimiste brillamment interprété par Liam Neeson et qui vaut largement mieux que son titre français tout pourri.

Se déroulant en Alaska (mais tourné en Colombie Britannique) « The Grey » suit les survivants d’un crash d’avion poursuivis par des loups mais pas que ..

La photographie et les paysages sont splendides et le film passionnant de bout en bout.

Sa fin est tout simplement démente et le dernier plan après le générique de fin une claque.

Grandiose.

Seconde vision : 21/10/2013

Ce « Territoire des loups » reste toujours un magnifique film, Malickien (si, si) en diable (la nature est superbement filmée, les flash-back sur l’enfance etc.), emprunt de poésie et où la religion est omniprésente. Carnahan transcende le « survival » et suggère plus qu’il ne montre.

Grandiose (bis).

CAB