Draft Day (2014) / Ivan Reitman

draft-day-title-card

C’est le jour de la draft de la NFL. Sonny (Kevin Costner excellent), general manager de Cleveland possède le très convoité premier choix. Comment va t’il l’utiliser alors qu’il doit reconstruire son équipe ?

Reitman tente de faire de cette journée le moment charnière de la vie d’un homme tant sur le plan professionnel que dans sa vie personnelle. L’intention est louable mais malheureusement la promesse n’est pas totalement remplie et la partie suspens sportif reste la plus efficace.

Le film est un peu mou et certains axes scénaristiques (vie privée, figure écrasante du père etc.) semblent de trop faute d’être exploités.

Reitman fait une utilisation du split screen plutôt sympa et la dernière séquence apporte un souffle salvateur et épique bienvenu.

Et pour finir, le score de Debney est vraiment bien.

Pas mal mais sutout destiné aux passionnées de sport US.

CAB

Dracula (1979) / John Badham

dracula-1979-title-screen

Le Comte Dracule (Frank Langella) débarque bruyamment en Angleterre et se confronter à Sir Laurence Olivier (dans un rôle dans la lignée de celui de « Boys from Brazil » mais avec l’accent hollandais cette fois ci), ça va saigner (désolé).

Badham (13 ans avant Coppola) tente de faire du fameux Comte un personnage romanesque et mélancolique et ainsi de s’affranchir des précédentes versions. Il y arrive partiellement.

Le film est esthétiquement superbe grâce à la photo de Gilbert Taylor en quasi noir et blanc et certaines trouvailles visuelles très réussies (comme la séquence entre Dracula et Mina supervisée par Maurice Binder), d’autres sont un peu ringardes avec leurs effets spéciaux très datés.

La partition de Williams (dirigeant le LSO) est magnifique).

Une réussite.

CAB

Superman Returns (2006) / Bryan Singer

superman-returns-title-screen

Singer assume l’héritage du film de Donner dans ce reboot du héros au collant bleu.

Brandon Routh en Superman christique est parfait, tout comme Parker Posey (savoureuse), Kevin Spacey et quel plaisir de revoir Eva Marie Saint.

Un petit bémol pour Kate BOFsworth assez palote.

Le film est (une fois de plus) trop long mais le début en fanfare (la séquence de l’avion notamment) et le dernier tiers sont formidables et finissent par emporter l’adhésion spectateur.

CAB

The Box (2009) / Richard Kelly

Un postulat de départ intéressant (une nouvelle de Richard Matheson) au final un indescriptible fatras.

Heureusement grâce à cette troisième pénible « expérience » Richard Kelly accède à la catégorie des « cinéastes » (sic) dont on peut s’abstenir de voir les films.

Tout ceci ne fait que confirmer que « Donnie Darko » est très largement surestimé.

CAB