Futur immédiat, Los Angeles 1991 (1988) / Graham Baker

alien-nation-title-card

En 1991 des extra-terrestres ont atterri sur terre et vivent depuis plus ou moins bien intégrés à la population humaine. Un inspecteur de police (James Caan, complètement à la masse) va devoir faire équipe avec un alien (Mandy Patinkin, très bien) pour démanteler un gang de trafiquants à la tête duquel se trouve Terence Stamp venu cachetonner.

Le postulat de départ était plutôt intéressant (les alien sont victimes de racisme) mais à l’arrivée on se retrouve avec un buddy cop movie assez banal au scénario extrêmement plat.

Le film est plutôt réussi visuellement (la photo de Greenberg est très belle) et le look des alien crée par Stan Winston est pas mal (à part après l’overdose où là on est en plein ridicule).

Raté.

CAB

Misery (1990) / Rob Reiner

misery-title-card

L’écrivain Paul Sheldon est secouru par sa plus grande fan après un grave accident de la route.

Reiner adaptait une nouvelle fois Stephen King quatre ans après son magnifique « Stand by me« . Dans un genre totalement différent, cette Misery est une véritable réussite.

Sans esbroufes, Reiner mène son récit brillamment grâce à une mise en scène intelligente et sans effets aidé aussi par l’adaptation habile de William Goldman.

James Caan et Kathy Bates dans les deux rôles principaux sont époustouflants. L’oscar de la meilleure actrice donné à Bates n’est absolument pas usurpé. Elle habite le film et son personnage passant d’une émotion à l’autre en un clignement de l’œil et réussissant la prouesse de rendre son personnage émouvant dans les dernières minutes du film.

Une franche réussite.

CAB

Dick Tracy (1990) / Warren Beatty

dick-tracy-title-card

 

Dick Tracy (Warren Beatty) affronte le dangereux criminel Big Boy Caprice (Al Pacino) dans cette adaptation du fameux comic strip éponyme. Il y a aussi Madonna, Dustin Hoffman, James Caan et plein d’acteurs qui sont autant de références cinéphiliques.

Warren Beatty a toujours été un réalisateur intéressant (« Reds » est un très grand film) et ce film ne déroge pas à la règle.

Artistiquement, c’est tout simplement une splendeur Sylbert créé des décors de BD époustouflants, Storaro une photographie toute en couleurs dans ses cadres rappelant les comic strip d’origine et Danny Elfman signe une bien belle BO.

Beatty recycle brillamment le cinéma policier des années 30 (« Scarface » ou « l’ennemi public ») et injecte une dose d’humour bienvenue.

Il y a un petit côté « Coup de cœur » dans ce projet un peu fou qui ressemble à du Tim Burton avec le talent en plus.

CAB

Way of the Gun (2000) / Christopher McQuarrie

the-way-of-the-gun-title-card

Deux losers (Benicio Del Toro et Ryan Philippe) décident de kidnapper la mère porteuse (Juliette Lewis) d’un truand. Ce n’était pas une bonne idée.

La première réalisation de McQuarrie, scénariste de « Usual Suspects » est un polar à mi chemin entre l’hommage à Peckinpah ‘ »Alfredo Garcia » et « Pat Garret« ) et la « Tarantinerie » (non ce n’est pas un compliment).

Ses personnages sont assez antipathiques et passent leur temps à débiter d’interminables dialogues. Pour renouveler les fusillades, le réalisateur invente des chorégraphies assez grotesques comme dans le hall de l’hôpital ou lors de la poursuite en voiture, grands moments de n’importe quoi.

Sinon Juliette Lewis en fait des caisses en femme enceinte, James Caan est presque super cool et Sarah Silverman est très drôle dans la séquence d’ouverture très réussie mais qui n’a vraiment rien à faire dans ce film.

Avec l’excellent « Jack Reacher » McQuarrie se rachètera.

CAB

Le parrain, 2ème partie (1974) / Francis Ford Coppola

the-godfather-part-2-title-card

Coppola réussit l’exploit de réaliser une suite (qui n’est pas une redite) aussi parfaite que le premier épisode et à lui conférer une profondeur et une ampleur incroyable.

Retracer la jeunesse de Vito Corleone (incarné par un Robert de Niro au sommet de son art) est une idée de génie et les transitions d’une époque à l’autre sont toujours très intelligentes et magnifiquement réalisées.

Le parcours de Al Pacino vers les limbes et la solitude est déchirant.

La distribution est exceptionnelle (mention à Lee Strasberg impérial).

Un film exceptionnel d’un très très grand Coppola.

CAB

Le parrain (1972) / Francis Ford Coppola

the-godfather-title-card

Un des plus grands films de tous les temps.

CAB