Music Box (1989) / Costa Gavras

music-box-title-card

Le père d’une avocate (Jessica Lange remarquable) est accusé de crimes contre l’humanité. Sa fille décide de le défendre envers et contre tout.

Le tandem Eszterhas/ Costa Gavras avait tout de la mauvaise idée et pourtant c’est probablement le meilleur scénario de l’auteur de « Basic Instinct » .

S’inscrivant totalement dans la lignée des films politiques de Gavras, « Music Box » est un très bon cru à la mise en scène aussi épurée qu’efficace.

En bonus Philippe Sarde signe une très belle partition aux accents hongrois.

Excellent.

CAB

F.I.S.T (1978) / Norman Jewison

F.I.S.T -title-card

L’ascension d’un ouvrier (Sylvester Stallone, très bon) au sein d’un syndicat de chauffeurs de camions et ses compromissions avec la mafia.

Premier scénario de Joe Eszterhas porté à l’écran, F.I.S.T n’est pas qu’un film engagé. Très librement inspiré de la vie de Jimmy Hoffa (que Danny DeVito adaptera en 1992) le film de Jewison retrace le parcours d’un homme qui choisit de se compromettre afin de faire triompher ses idées.

Avec intelligence, les auteurs opposent les ouvriers, immigrés d’Europe de l’Est, à des patrons aux origine anglo-saxonnes prononcées. Ce n’est pas un hasard non plus si le syndicat s’allie à la mafia italienne.

La reconstitution et la direction artistique sont très soignées soutenues par une splendide photo de László Kovács et une très belle partition de Bill Conti.

Jewison signe une mise en scène efficace en totale adéquation avec son sujet.

Une réussite.

CAB

An Alan Smithee Film (1997) / Arthur Hiller

an-alan-smithee-film-burn-hollywood-burn-title-card1
Un faux documentaire racontant comment un réalisateur (Eric Idle) disparu avec la seule copie existante d’un futur blockbuster réunissant Sylvester Stallone, Jacki Chan et Whoopi Goldberg 5 jours avant sa sortie.

Le film doit son titre au fameux Alan Smithee qui est le pseudonyme utilisé par un réalisateur qui ne veut pas signer de son vrai nom un film qu’il désavoue. L’ironie de l’histoire veut que Arthur Hiller qui a signé ce film fit retirer son nom du générique suite à des désaccords avec Joe Eszterhas, scénariste et coproducteur du film.

Il faut dire que ce joyeux bordel fut porté par un Eszterhas sûr de son fait et se révéla être un énorme bide.

Le film est une satire au vitriol du Hollywood des années 90 et surtout un règlement de comptes, voulu par Eszterhas, avec les executive des studios et Michael Ovitz en particulier. Ça part malheureusement dans tous les sens et les quelques bonnes idées sont noyées par le n’importe quoi de l’ensemble.

On sauvera des cartons de présentation des personnages plutôt drôles, des caméo sympathiques (Stallone, Goldberg, Chan, Weinstein, BB Thornton, Robert Shapiro, Shane Black et même Naomi Campbell) et certaines séquences savoureuses.

Le film fait beaucoup penser à « Bullworth » dans la forme et le parcours du personnage principal.

Bref c’est du n’importe quoi mais ça se laisse voir.

CAB

À double tranchant (1985) / Richard Marquand

jagged-edge-title-card

Jack Forrester (Jeff Bridges) est accusé du meurtre sauvage de sa femme. Il est défendu par Teddy Barnes (Glenn Close) ancienne adjointe du redoutable procureur Thomas Krasny (Peter Coyote).

Ce troisième script de Joe Eszterhas met en place une mécanique très (trop ?) huilée qu’il recyclera maintes fois dans « Basic Instinct » , « Music Box » , « Jade » etc.

L’ouverture du film est d’ailleurs la même que celle de « Jade » et la machine à écrire deviendra la boîte à musique de « Music Box » .

Le film est vraiment bien produit et surtout remarquablement interprété. Marquand signe une mise en scène assez anonyme et se fait plaisir en glissant l’affiche du « Retour du Jedi » au détour d’un plan.

Prévisible de bout en bout mais efficace sans plus.

CAB

Jade (1995) / William Friedkin

Eszterhas recycle « Basic Instinct » mais heureusement Friedkin transcende le tout et signe une nouvelle poursuite en voitures impressionnante.

Détesté par beaucoup, un film bien meilleur que sa mauvaise réputation.

CAB

Showgirls (1995) / Paul Verhoeven

Verhoeven et le très surestimé Eszterhas sévissent à nouveau avec ce remake inavoué du « Eve » de Mankiewicz.

Vulgaire et kitsch, doté un casting à côté de la plaque ce film est un petit bijou de mauvais gout qui recèle des dizaines de répliques inoubliables.

Une perle !

CAB

Basic Instinct (1992) / Paul Verhoeven

Malgré son scénario totalement foutraque, Verhoeven signe LE film d’un genre, superbement produit, impeccablement interprété, magnifiquement éclairé par Jan de Bont et bénéficiant d’un score formidable de Goldsmith.

Et puis Sharon est tellement belle…

Efficace, souvent imité mais jamais égalé.

CAB

La Main droite du diable (1988) / Costa-Gavras

Plongée chez les redneck racistes de l’Amérique profonde sur un scénario de Joe « Basic Instinct » Eszterhas.

Debra Winger et Tom Berenger forment un très beau couple, Costa-Gavras signe un nouveau film politique et confronte ses personnages à d’impossibles dilemmes.

Une réussite à rapprocher de « Music Box » du même réalisateur.

CAB