Hope and Glory: La guerre à sept ans (1987) / John Boorman

hope-and-glory-title-card

Boorman nous narre son enfance pendant la seconde guerre mondiale dans un Londres sous le blitz.

C’est un très joli film sur l’enfance dont le ton est léger voire drôle.

Boorman se raconte et glisse quelques clins d’œils savoureux (les figurines du chevalier et de Merlin, l’équipe de tournage).

Les personnages sont tous très forts et bien définis et le spectateur ne peut qu’avoir de l’empathie pour eux. On citera Ian Bannen, génial, en grand père à la tête d’un gynécée (ses filles se prénomment Faith, Hope, Grace et Charity qui représentent tout ce que sa femme considère avoir perdu après son mariage).

Bannen est d’ailleurs présent dans une très belle scène de cricket qui est aussi un moment de transmission entre trois générations.

C’est agréable, plaisant et intelligent malgré une petite perte de rythme dans le dernier tiers.

CAB

La Fille de Ryan (1970) / David Lean


L’Irlande filmée par Lean et photographiée par Freddie Young n’a jamais été aussi belle.
Robert Mitchum (dans un contre emploi), Trevor Howard et John Miles livrent des performances de haute volée.
Avec cette simple histoire d’adultère Lean transcende son sujet pour en faire une magnifique fresque et en profite pour filmer une des plus belle scène d’amour du cinéma.
Audacieux pour son époque et méprisé par la critique, ce film ouvre une période de 14 années pendant lesquelles Lean ne tournera pas.

CAB

Le Fantôme de Cat Dancing (1973) / Richard C. Sarafian

Western hivernal formidablement photographié par Harry Stradling Jr.

Sarafian continue d’explorer ses thématiques (la poursuite, l »épouse disparue …). Burt Reybolds et Lee J. Cobb dominent le casting.

Moins impressionnant que « Man in the wilderness » mais un beau western romantique in fine.

CAB