La prisonnière espagnole (1997) / David Mamet

Un ingénieur a inventé un procédé top secret qui assurera la fortune de la société pour laquelle il travaille. Nombreux sont ceux qui veulent s’en emparer…

Mamet pousse au bout son concept de film d’arnaque(s) avec un scénario bien alambiqué et de multiples rebondissements.

Le film est assez ludique (qui arnaque qui ?) et assez plaisant à voir malgré une conclusion un peu bâclée.

Sympathique.

CAB

Un jour dans la vie de Billy Lynn (2016) / Ang Lee

Billy Lynn, héros de la guerre en Irak, est en tournée de promotion pour l’armée aux Etats-Unis avant de retourner au front.

Ang Lee s’attaque à la guerre d’Irak dans ce film qui fait furieusement penser à « Mémoires de nos pères » de Eastwood, en beaucoup moins bien.

Mis en scène de manière beaucoup trop ostentatoire, « Billy Lynn » avance avec ses très gros sabots (le personnage de Kristen Stewart aussi grotesque et inutile que le jeu de son actrice) et se moque de ses spectateurs avec ses flashbacks Irakiens (assez laids) qui ne sont, in fine, qu’une fausse promesse.

Lourdingue.

CAB

¡Trois amigos! (1986) / John Landis

¡Three-Amigos!-title-card

Trois acteurs au chômage (Chevy Chase, Steve Martin et Martin Short) se retrouvent par un concours de circonstances au Mexique pour sauver un village des griffes du bandit El Guapo.

Landis rend hommage aux grands westerns ( « Les sept mercenaires » , « La horde sauvage » …) et clame une nouvelle fois son amour du cinéma et de son pouvoir dans une séquence finale très réussie.

Une comédie vraiment drôle grâce, notamment, à l’abattage du trio d’amigos et bourrée d’idées (le singing bush, les costumes …).

Ultra sympathique.

CAB

Un ticket pour deux (1987) / John Hugues

planes-trains-&-automobiles-title-card

Alors qu’une tempête de neige sévit, un publicitaire (Steve Martin, top) tente de rejoindre sa famille à Chicago. Il se retrouve accompagné par un représentant (John Candy, top) en accroches de rideaux de douches…

Sur un postulat ultra vu et connu (deux personnes que tout oppose doivent cohabiter ensemble), Hughes signe une jolie comédie et mêle avec talent humour et émotion.

Les deux acteurs principaux s’en donnent à cœur joie grâce à un script distillant quelques morceaux de bravoure (la séquence dans la voiture, la scène des « fuck » etc.).

Hugues, outre ses talents de scénariste, montre, une fois de plus, qu’il est aussi un excellent metteur en scène.

Ultra sympathique (même si on peut préférer « Uncle Buck » ).

CAB

Le plus escroc des deux (1988) / Frank Oz

dirty-rotten-scoundrels-title-card

Deux escrocs (Michael caine et Steve Martin) s’affrontent sur la côte d’azur pour voler (et conquérir) Jane Colgate (Glenne Headly).

Cette comédie réalisée par Frank Oz est aussi drôle que très bien écrite et filmée.

La réussite du film tient aussi beaucoup au très savoureux tandem Caine / Martin (qui parfois en fait un peu trop) qui reprennent les rôles initialement tenus par Marlon Brando et David Niven dans « Les séducteurs » en 1964.

Oz ne verse jamais dans les clichés sur la France et signe un film très efficace.

Sympathique.

CAB