Aux cœurs des ténèbres – l’apocalypse d’un metteur en scène (1991) / Fax Bahr & George Hickenlooper

Un documentaire génial sur le tournage d’ « Apocalypse Now » grâce aux images tournées par Eleanor Coppola elle-même.

Comme le résume Francis Ford Coppola lui-même : «Nous étions trop nombreux, nous avions trop d’argent, trop de matériel et petit à petit, nous sommes devenus fous ».

Bahr et Hickenlooper nous plonge dans la folie de ce tournage monumental entre un Dennis Hopper complètement stone, un typhon qui détruit les décors, un Brando passant une semaine à se faire expliquer son personnage par Coppola avant de tourner la moindre scène ou encore Martin Sheen ayant une crise cardiaque sur le plateau …

En filigrane, les réalisateurs montrent qu’au milieu de cet immense bordel, Eleanor Coppola reste stoïque et en ressort comme étant le personnage le plus fort.

Remarquable.

CAB

Apocalypse Now (1979) / Francis Ford Coppola

apocalypse-now-title-card

Pendant la guerre du Vietnam, le capitaine Willard (Martin Sheen, habité par son rôle), se voit confier la mission d’assassiner le Colonel Kurtz (Brando, prodigieux) militaire régnant sur une tribu de guerriers indigènes.

D’une inventivité visuelle folle, le film de Coppola est une plongée aux cœurs des ténèbres, une odyssée métaphorique au plus profond de l’âme humaine.

Coppola transcende ici le film de guerre et signe un pur chef d’œuvre.

Démentiel.

CAB

L’oiseau au plumage de cristal (1970) Dario Argento

the-bird-with-the-crystal-plumage-title-card

Un écrivain en mal d’inspiration est témoin d’une tentative d’assassinat au cours de laquelle le tueur s’échappe. Il devient la proie de ce dernier.

Pour son premier film (et premier giallo), Argento met en place son dispositif de mise en scène : une séquence fondatrice expliquant tout si on la regarde bien, un meurtrier à lames, des cadres ultra travaillés etc.

Avec Storaro à la photo il signe une très belle mise en scène (dont ce fameux plan subjectif de chute par une fenêtre) et finalement suggère beaucoup plus qu’il ne montre.

Le film se suit sans déplaisir jusqu’à sa révélation finale.

Très efficace et novateur à l’époque.

CAB

Bulworth (1998) / Warren Beatty

bulworth-title-card

C’est l’histoire d’un sénateur démocrate dépressif (Warren Beatty) ruiné qui souscrit une assurance vie et engage un tueur à gages pour le tuer le week-end de l’élection. Se sentant enfin être un homme libre, il décide d’abandonner toute langue de bois.

C’est aussi une virulente satire du système politique américain et du politiquement correct.

Bon le film est assez outrancier et parfois très lourd. Mais Beatty a de très bonnes idées de mise en scène (la renaissance de son personnage a lieu dans une église, les discours sur les minorités etc.).

Un film intéressant mais un peu trop gros pour moi que rachète son excellente fin qui l’inscrit totalement dans le cinéma américain.

CAB

Dick Tracy (1990) / Warren Beatty

dick-tracy-title-card

 

Dick Tracy (Warren Beatty) affronte le dangereux criminel Big Boy Caprice (Al Pacino) dans cette adaptation du fameux comic strip éponyme. Il y a aussi Madonna, Dustin Hoffman, James Caan et plein d’acteurs qui sont autant de références cinéphiliques.

Warren Beatty a toujours été un réalisateur intéressant (« Reds » est un très grand film) et ce film ne déroge pas à la règle.

Artistiquement, c’est tout simplement une splendeur Sylbert créé des décors de BD époustouflants, Storaro une photographie toute en couleurs dans ses cadres rappelant les comic strip d’origine et Danny Elfman signe une bien belle BO.

Beatty recycle brillamment le cinéma policier des années 30 (« Scarface » ou « l’ennemi public ») et injecte une dose d’humour bienvenue.

Il y a un petit côté « Coup de cœur » dans ce projet un peu fou qui ressemble à du Tim Burton avec le talent en plus.

CAB

Coup de coeur (1982) / Francis Ford Coppola

Ce film maudit de Coppola est un enchantement du début à la fin.

Visuellement époustouflant, d’une incroyable créativité, Teri Garr et Frederic Forrest s’aiment et se séparent dans un Las Vegas entièrement recréé en studio.

Une merveille.

CAB