Vampyr (1932) / Carl Theodor Dreyer

Un homme, passionné par l’occulte, atterrit dans une auberge où la fille du tenancier est atteinte d’un mal étrange…

Ce premier film parlant de Dreyer est un petit chef d’oeuvre d’inventivité où le réalisateur ne cesse d’innover avec sa caméra.

Des plans en caméra subjective du point de vue d’un cadavre dans un cercueil, aux effets d’ombres chinoises en passant par la fabuleuse séquence où le héros devient un fantôme, « Vampyr » est un régal technique mais aussi une excellente histoire de vampires.

Superbe.

CAB